Présentation

Hugo est un moteur de blog statique écrit dans le langage Go. Ce qui en fait un outil portable et rapide (une centaine de billets en quelques millisecondes).

Il est donc disponible au format binaire pour de nombreuses architectures et systèmes d’exploitations comme Mac OS X, Windows, FreeBSD, Linux, Solaris, etc.

Hugo dispose entre autre des fonctionnalités suivantes :

  • notion de thème qui permettent de choisir un « template » pour son site
  • possibilité d’architecturer son site comme on l’entend
  • compilation très rapide de son site entier
  • utilisation de tags
  • utilisation du format Markdown pour rédiger le contenu des billets
  • création possible de paramètres pour chaque article (en utilisant JSON, TOML ou YAML)
  • serveur embarqué permettant une visualisation en direct avec rafraîchissement automatique de la page en cas de changement
  • pagination
  • système de commentaire utilisant Disqus (mais d’autres sont possibles)
  • page d’à propos
  • flux RSS
  • génération d’un fichier sitemap
  • antidatation des billets
  • état brouillon ou non d’un billet (permet de rédiger plusieurs articles et de les publier au fur et à mesure)

Ce qui en fait un outil de choix.

Comparaison avec Makefly

Vous n’êtes pas sans savoir que mon blog a un jour été fabriqué avec Makefly, mon moteur de blog statique codé en Lua. J’ai donc comparé Makefly et Hugo afin de savoir de quoi il retournait.

Il apparaît clairement qu’Hugo est un cran au dessus de celui de Makefly. Je suis donc passé petit à petit à Hugo.

Migration de mes services à Hugo

Ainsi j’ai migré les services suivants à Hugo :

  • mon blog : passage de Makefly à Hugo
  • mes portails web, tels que depotoi.re : passage de PorteAil à hugo-portal (une adaptation de PorteAil à Hugo)
  • intégration de ma page Tergiversions à mon blog en utilisant la taxonomie d’Hugo

La génération de ces sites webs est désormais plus rapide, plus facile et la maintenance bien meilleure.

Conclusion

Passer à Hugo m’a permis d’obtenir un outil robuste, maintenu par des centaines de développeurs donnant ainsi une application portable et moderne permettant de s’épancher plus sur le contenu que le reste.

J’ai gagné du temps puisque je n’ai plus à maintenir un outil fait maison et je prends du plaisir à rédiger de nouveaux articles.

Si l’occasion se présente, n’hésitez surtout pas à faire un tour sur la page Hugo quickstart guide pour en savoir plus sur la manière d’utiliser Hugo. À vos claviers, prêts… écrivez !